Les Alpes, c’est possible !

 

Depuis le temps qu’on en rêve. Plusieurs vols en motoplaneur ont déjà été réalisé qui ont montré l’accessibilité à l’onde de Nord depuis Graulhet. Le ressaut de St-Pons n’est qu’à 60 km!

Nous sommes bien souvent frustrés de voir nos collègues du Pic profiter des belles conditions quand nous sommes dans l’humidité bloquée au vent des reliefs

Ce samedi 25 novembre, les conditions étaient réunies pour tester plus que jamais ce type de vols hivernaux. Peu d’humidité, un vent certes un peu trop Nord , mais une onde gentillette associée dans la vallée de St-Pons, pouvant rendre accessible les ressauts plus à l’Est. Un remorqueur disponible et pour la première fois donc la possibilité d’y aller en planeur pur avec certes le doute du retour tardif face au vent.

La possibilité d’expérimenter cela avec Hugo Roche qui originaire du Pic St Loup a une bonne expérience de ces conditions tenté était encore un plus qui assurément aura emmené le vol plus loin qu’il n’eut été avec des graulhetois seulement.
De quoi accélérer la découverte et conforter l’expérience de Clément car nous nous étions arrêté jusque-là dans le secteur de Bédarieux…. en SF28.

Le vol d’onde ne s’improvise pas et nous aurons là aussi à gagner mais la pluie de la veille n’a pas aidé. Montage du Duo Discus à la fraîche dès 7h pour un décollage 8h45. Les premiers rayons du soleil auront aidé à évacuer les risques de buée sur la verrière. Cap direct vers Le ressaut de st Pons pour un premier lâché sécurisé avec dégagement possible en finesse sur Lézignan. Au cas où…

 

Trace du vol

Rapidement le vario confirme pas violent mais bien présent permettant déjà d’avancer vers St Pons de Thomière puis prolonger après contact avec Montpellier. Ensuite il suffit de regarder la trace.

 

Avancée vers le ressaut du Vigan face au vent mais toujours en local du Pic puis montée vers le Mont Lozère et Aubenas. Les 2 compères prolongeront jusqu’au secteur d’Aubenasson par delà la vallée du Rhône. Un vol que se déroule entre 2700 et 5700 m avec un contrôle toujours très joueur.

 

 

Quelques points délicats qui retardent un peu le retour. La contrainte du coucher du soleil incitera l’équipage à tenter un long plané final pour reprendre à temps le local d’Albi depuis le vigan.

Voilà donc la confirmation qu’on attendait. Beaucoup d’apprentissage sur ce vol, qui en laisse percevoir d’autres similaires.
D’autres options seront possibles pour ces ondes de Nord, mais avec les limites qu’on connait. À nous d’être imaginatifs pour les rendre plus souvent possibles… et des idées on en a !