Un été très féminin à l’ATVV


Le ciel est à tous c’est bien connu mais l’histoire montre que notre sport et l’aéronautique en général a souvent laissé plus de place à ces messieurs. Heureusement, les temps changent, et au gré des diverses actions, on peut dire « ça plane pour elles » et de plus en plus.
Pour la première fois cette année, les licences féminines devraient représenter un quart des effectifs Graulhetois. Des effectifs très actifs à l’image de Swan et Lucie qui en parallèle ont pu faire récemment un stage ouvrier.


Depuis le début de l’année, ce sont déjà 4 jeunes filles qui ont fait leur premiers vols seules à bord d’un planeur passant ainsi d’élève pilote à commandant de Bord.
Cet été pas moins de 4 semaines de stages seront à majorité féminines.


Autant dire que ce n’est qu’un début. L’ATVV attend avec impatience sa prochaine compétitrice ou encore sa première instructrice. On sait aussi que loisir aéronautique et projets professionnels sont souvent liés. Presque toutes se projettent déjà sur des métiers dans ce domaine .
Ceci dit pas de jaloux, il y en aura pour tous les objectifs et pour tous les talents masculins et féminins…comptez sur nous.

Tour de la TMA TOULOUSE

Le printemps quelque peu instable nous oblige à bien sélectionner nos journées de vol. Ce vendredi 25 juin en fut une avec environ 2500km réalisés au départ de Graulhet.


Belle perf de toute l’équipe pour une journée de semaine, une belle entraide et un timing respecté, facilité par les stages en cours.
Ce jour fut aussi l’occasion d’une première au départ de Graulhet. De mémoire Mathieu Ranque le fit au départ de Nogaro il y a quelques années. Le grand projet rapidement évoqué  ne paraissait pas gagné. Après quelques hésitations l’ensemble de la troupe partait au sud avec des intentions plus ou moins guerrières.

 

 

 

Le LS6 et le Duodiscus partis pour travailler en paire avec les 3 Corbillé aux commandes arrivent très rapidement dans le secteur du Pamiers. La masse d’air moins tonique calme un peu les ardeurs, et ça grenouille un certain temps sur le bas piémont. Puis on y va et c’est le cap sur St Gaudens. Le LS6 sur un trajet plus sud profite d’un cheminement sur les premières crêtes donnant un joli spectacle mais ne pourra pénétrer plus les Pyrénées. Le duo rejoint lui St-Girons par le Nord.

 

 


Le vol en paire n’est pas très optimal et c’est à St Gaudens que se séparent les chemins. Retour ensuite vers le Nord et un vol de plaine plus classique avec 2 tranches bien différentes au-dessous et au- dessus des 1000 m. Chacun le testera, visitant le Gers de plus ou moins bas jusqu’à repasser la Garonne et profiter d’une aérologie plus homogène vers le Nord.
Petite pointe au Nord vers Fumel pour le Duo et vers Villefranche pour le LS6. Surtout ne pas rater le retour pour vraiment boucler la boucle et quelle boucle…

 


Celle qui consiste à avoir fait le grand tour de toutes des espaces aériens de Toulouse. C’est pour le fun certes, et pas optimal en distance pure mais 2 planeurs l’ont fait le même jour. Hors les Hautes Pyrénées tous les départements de l’ancienne région Midi Pyrénées sont traversés.
Un vol partagé en famille qui plus est….que demander de mieux !

Le simulateur virtuel au championnat de France Handisport à ALBI 12/13 juin 2021 suite à la journée du 9 juin avec les handi du SCES Jean Lagarde de Toulouse.





La 1ère utilisation du simulateur virtuel s’est déroulée ces 12 et 13 juin à ALBI pour le championnat de France handi, escrime et athlétisme à ALBI

 





Organisé par le comité départemental handisport et le département du Tarn avec le concours de l’ECLA d’ALBI, nous avons répondu présent à l’invitation du président pour participer à cet évènement.



L’implication de l’ATVV pour l’handisport est reconnue, et ce fut l’occasion de montrer à un public à mobilité réduite que le pilotage d’un planeur est possible.

C’est une juste continuité, puisque nous avons fait voler concrètement 9 jeunes à mobilité réduite le mercredi 9 juin à GRAULHET, avec le SCES Jean LAGARDE  de TOULOUSE.

 

Sur la photo ci-dessous, la joie qu’exprime Antoine juste avant son envol démontre s’il le fallait l’intérêt de nos actions auprès de ces jeunes.




Une fois encore, le succès de notre stand ne s’est pas démenti.

 


Le pilotage en réalité virtuelle apporte un vrai plus pour la découverte des sensations de pilotage, et chaque participant n’avait qu’une envie à la sortie … venir tester ça en conditions réelles.

Nous avons pu expliquer aux responsables du comité et des élus, les réflexions qui sont menées à l’ATVV pour s’équiper d’un planeur biplace adapté au pilotage handi. Des aides seront nécessaires pour faire aboutir ce projet, ce que chacun a bien compris.



Un grand merci aux participants de l’ATVV, avec des anciens toujours là…mais aussi avec des jeunes très impliqués qui ont répondu présents ; Clara, Loïc et Benjamin qui n’ont pas ménagé leur peine,

Merci à eux, ils sont l’avenir du club.



Et nos jeunes seniors dans tout cela…



Ce n’est pas un confinement qui va empêcher nos jeunes seniors aux doigts en or de s’occuper du club. La preuve en image.

 


Merci à Francis pour l’hélice du SF28 (qui pourrait se reconvertir!) et Yvan pour les trolleys dont l’efficacité est déjà très appréciée.
Il ne reste plus qu’à avoir à tout rentrer pour définitivement adopter..

 



On reste encore un peu aux abris mais on compte sur eux pour être aussi habile dans les ascendances rapidement.

En toute situation il y a à faire pour le club et c’est vrai pour tous.

Merci.

Patrice.

Onde de Nord en clôture.


C’était pour cet hiver le dernier test à éprouver.


Après l’onde de la montagne noire et celle des Pyrénées depuis Graulhet, c’est donc l’onde de Nord qui était au programme et en particulier l’espoir de taper le ressaut de St Pons.
Frustrant de voir nos amis du Pic qui toujours dans le foehn se régalent quand nous sommes dans l’air humide. Pourtant une partie de ces journées est jouable depuis Graulhet.

Ce mercredi, les pubs étant fermés, il fallait bien honorer St-Patrick. Aéroweb est optimiste. La journée s’annonce très bonne pour l’onde mais chargée côté nord avec un probable OVC à venir. Après gestion des affaires courantes, décollage vers 10h avec impératif de rendre le SF à 16h .



La masse d’air est tonique dès le décollage. 2 stratégies tant que c’est ouvert. Soit passer au-dessus et arriver haut dans les ressauts ou bien rejoindre la pente et le faire à la force du poignet. Ce sera plus long mais on va le faire à l’ancienne. On rejoint la pente nord de la montagne noire Est Dourgne et pour le sport on fait un test de la pente jusque LFMG. Elle n’est pas régulière mais ça le fait. On repart à l’Est pour entrer dans la vallée du Thoré sud Mazamet à 3500 ft. Le plafond à 4000. Le vent évidemment se renforce et la physionomie du terrain pousse à rallumer le moteur en mode transparence par sécurité.
Au final cela chemine plutôt bien et quelques noyaux permettent de recoller au plafond. Le pic de Nore est vu d’en bas. Arrivé à la hauteur de st Pons, le plafond est toujours idem et pas d’images permettant d’espérer l’onde depuis ce niveau. Ce sera pour plus tard.


C’est ouvert et semble aligné au sud…alors cap au Sud. Ça descend fort derrière la montagne avant l’arrivée dans un sous ondulatoire assez modéré rappelant cependant qu’un SF28 nécessite quelques efforts pour être bougé…et c’est parti… 4500ft, contact Toulouse, autorisé 140…on y restera jusqu’au bout. Petit point moteur: 20 minutes depuis Graulhet!

 


Cheminement Nord Carca puis jusque vers ST Chinian….c’est du tout bon. Pour une fois, les Montpelliérains ne sont pas seuls ….mais ils sont nombreux! La grande bleue est à portée de plume et les images peu courante pour nous.

 



Il va falloir rentrer et pour être à l’heure envisager la meilleure stratégie. C’est très bouché au nord. Albi ne répond pas pour un petit point météo. On tente d’avancer tout en restant local des trous au sud. Ça ne le fera pas cette fois en direct alors retour au sud puis rallumage du moteur pour revenir par dessous.

 



Un super bilan, beaucoup de plaisir dont celui d’innover et sans doute d’autres conditions plus favorables possibles pour le faire même en planeur. 1h moteur au total pour un vol qui aurait pu durer beaucoup plus. Il faut encore essayer pour valider mais preuve est faite que depuis Graulhet une troisième alternative est possible en hiver! Il faudra y être et l’anticiper.

Patrice.

Aéro biodiversité sur l’aérodrome de GRAULHET .

L’année dernière le club avion et le club planeur ont participé au côté de l’association Aéro Biodiversité au suivi de la biodiversité de notre aérodrome de juin à mi octobre.

Cette année encore Aéro biodiversité vient à notre rencontre pour débuter les relevés de 2021. Tout comme l’année derrière nous sommes à la recherche de personnes intéressées de découvrir la biodiversité et souhaitant rejoindre notre équipe pour participer à ce suivi.

Le principe est simple et tout à fait compatible avec votre activité de pilote ! Il s’agit de réaliser des relevés mensuels selon des protocoles simples en petite équipe. Ça sera également l’occasion de se rencontrer entre clubs voisins !

 



Si vous souhaitez et êtes curieux d’en savoir plus sur la faune et la flore qui peuple, l’aérodrome de Graulhet vous trouverez via ce lien, le compte rendu de l’année dernière. https://aerobiodiversite.org/

Par ailleurs, si vous êtes intéressés d’intégrer l’équipe qui s’occupe de ces relevés vous pouvez nous contacter pour davantage d’informations et participer aux journées de visite de Aérobiodiversité prévues :
– les 13 et 14 avril
– les 1er et 2 juin
– les 21 et 22 septembre



Petit info supplémentaire mais non négligeable, aucune compétence en terme de faune et flore n’est requise, juste l’envie de découvrir votre aérodrome différemment !

Belle journée de reprise à l’ATVV …



Grâce au motoplaneur,l’activité n’a jamais cessé, et même de beaux vols d’onde ont pu déjà être effectués en ce début d’année sur les Pyrénées et la Montagne noire au départ de GRAULHET. (Voir news précédentes !…)

 


Restait à reprendre les vols en planeur pur, et ce week-end était prévu à cet effet.
Un temps mis en suspens à cause de la météo, la 1ère journée d’entraînement a pu avoir lieu ce samedi 13 février, de quoi retrouver la bonne humeur pour fêter la ST VALENTIN…


Un dispositif rigoureux a été mis en place pour décoller en 28 ; nécessité de fermer la remontée du taxiway, car utilisation de la piste en dur par les planeurs. En effet, il était impossible de mettre une roue sur l’herbe tant le sol était détrempé, et les chaussures de ceux qui tenaient les ailes ont été bien lessivées.


Le tout étant aussi de laisser la piste en dur accessible aux avions avec la sécurité requise.
Tout le monde a joué le jeu, en respectant les consignes du Chef Pilote, et l’impatience de se dégourdir les ailes a pu être satisfaite.


Les vols de contrôle du LG et BM ont pu être faits suite grande visite. Reste encore en l’atelier 1 biplace et 1 monoplace , et tout le dispositif sera prêt pour l’école et les stages qui vont débuter la semaine prochaine.

 


Entre vols de reprise en double et quelques vols solo, la saison est relancée, et plus que jamais l’envie de voler est là pour une belle saison 2021.


Un grand merci aux instructeurs présents et à tous les participants pour leur motivation intacte malgré la pandémie, dans le respect des gestes barrières.
Les beaux jour vont redevenir plus réguliers, soyons prêts.


Les belles vaches 2020 …

2020 fut une année record en terme d’activité campagne ( et pas que…).
Tout ceci sera évoqué prochainement lors de notre AG .

Qui dit campagne dit aussi potentiels posés extérieurs ou vaches.
Cette année 20 atterrissages hors aérodromes ont eu lieu et 20 autres sur aérodromes extérieurs.
20 vaches, 130000 km, faites le calcul.

 



Il ne s’agit aucunement de banaliser la vache qui nécessite un bon entraînement, de la précision et de l’anticipation. Elle fait pour autant partie du sport et donne parfois lieu à des aventures humaines intéressantes ou plus que jamais la solidarité vélivole prend son sens.

Pour 2020, le vainqueur de la coupe des vaches est Vincent, suivi de Bastien ( Bourg st Bernard) et Simon. Bernard monte sur le podium graulhetois.
Dans ces aventures, nous noterons la vache arrosée de Simon dans le Cantal , les retours en autostop de Christof ( après un vol fléchette) ou Bernard. Il y a aussi la vache aéro de Christof à Seyne les Alpes avec nuit chez l’habitant pour tenter un retour par les airs qui finalement se fera en voiture. La double vache de Hugo rapporte aussi quelques points.


A noter que Clara, Loïc, Guillaume et Ludovic rentrent cette année dans le classement avec leur premières vaches.

 



La vache c’est aussi des dévacheurs et, première dans l’histoire du club, c’est aussi Vincent qui brille suivi de Clément et Guillaume. Bref le double apéro …c’est pour Vincent!

 

 

Jacques aurait mérité car le Cantal c’était lui ( entre autres) et Baptiste notre service civique qui aura fait le plus de kilomètres!

 

Patrice . 

Chechez le point commun…

 

Hercule et ses travaux ne lui font pas peur… Toujours prêt pour prendre en main ce qui paraîtrait à d’autres insurmontable, comme réparer une remorque endommagée ( tâche de la semaine), ou encore pour faire à manger à 50 Personnes, ou peut être équiper le treuil et ses accessoires, ou enfin poser un bloc sanitaire, etc….
Bref avec lui tout semble possible et même de faire un beau vol en onde en planeur pur au départ de Graulhet.
La réponse en fin de texte…

 





Après l’onde pyrénéenne la semaine précédente, une version non encore exploitée de l’onde de la montagne noire se présentait. En ce premier vendredi de février les prévisions semblaient rendre possible un vol au sud mais pas jusque dans les Pyrénées. En alerte dès mercredi les choses s’organisent. L’idée est d’envoyer des planeurs après validation en motoplaneur.

 


Le SF 28 décolle vers 12h30 avec Patrice et Jacques . Cap au sud, arrivée au niveau des rotors à 4000 pieds pour un accrochage assez tranquille vers Sorèze. Passage en laminaire rapide et confirmation au Duo Discus en attente à Graulhet qu’il peut y aller.


Le duodiscus décolle vers 14h, Philippe aux commandes, remorqué par Guillaume, et aborde l’onde par le haut. Le SF l’a attendu, contacte Toulouse pour les 2 en vol rapproché, pour autorisation vers Fl 85 puis plus tard 105.

 


L’onde est bien marquée et les alignements faciles à lire..

 


Bref au final une super après midi pour les 4 pilotes qui devront rentrer pour le couvre-feu avec des images plein les yeux.

Au fait vous avez trouvé…Le quatrième c’est JD. Merci et bravo pour ce vol bien mérité

Là encore avec certaines limites voilà de quoi animer nos hivers et le faire de plus en plus régulièrement… A découvrir!

 

Patrice.






2

Vol d’onde en SF 28 réalisé par Patrice et Clément.


Voilà quelques temps que cela nous démangeait…
Ce mercredi 20 janvier, l’autan était annoncé, ce qui nous avait mis en alerte sur des possibilités d’onde pyrénéenne. Les modèles ne prévoyaient pas qu’elles soient des plus organisées, mais difficile de résister, car tout semblait s’aligner pour rendre le test possible.

 

 

Les objectifs étaient simples, s’amuser bien sûr, mais surtout valider la faisabilité d’aller surfer l’onde depuis Graulhet un jour en planeur.
Mise en place tardive annoncée et donc décollage vers 10h avec le motoplaneur. Vent assez modéré ce qui nous fait atteindre le secteur de Lavelanet au bout d’1 heure environ, après survol de la vallée de l’Aude encombrée par le marin à l’Est… superbe déjà ! Premiers souffles peu organisés qui permettent de tenir mais pas de monter suffisamment pour avancer vers la vallée de Tarascon.

 

 

Décision prise de ravancer au moteur vers le sud de Foix. Là encore ça pousse mais pas assez pour franchir d’autres étapes.
Il faudra s’appuyer sur le massif à l’ouest de Foix en semi-pente pour assurer ensuite au moteur l’avancée vers un premier rotor près de Massat. Bien sûr on trouve vite les limites de notre bon vieux motoplaneur…

 

Pour autant les choses enfin bien marquées au sud de st Girons, envoient du steak. Sous ondulatoire façon Pyrénées et SF28 dont les qualités de réaction à la turbulence sont bien connues. Et puis enfin le laminaire vers le FL100…on s’amuse dans le secteur en restant très vigilants car c’est très humide et évolue très vite. On évolue ainsi entre Vallier et Ax les thermes avant de tenter le retour…

 

Il se fera moteur coupé en transit direct vers Graulhet au travers des zones de Toulouse moteur toujours coupé. Quelques broutilles pour rallonger vers Revel puis posé Graulhet ou l’autan est tombé. YA n’avait sans doute jamais connu ça…120 km à finesse 30 !
Bien sûr le motoplaneur SF28 n’est pas l’idéal pour vraiment profiter quand ça tape, ou face au 40kt de sud. Ne parlons pas de quelques prises d’air ( très frais) peu appréciées des pieds en particulier. Il sera plus simple de jouer un jour où c’est mieux organisé en motoplaneur ou bien en planeur…bref de belles choses encore à venir… les limites sont claires l’autan au décollage et à l’atterrissage et bien sûr le temps de vol aller.

Patrice .